Rencontre avec Damia Passon, une jeune maquilleuse-perruquière, à l'Opéra Garnier.

Rencontre avec Damia Passon, une jeune maquilleuse-perruquière, à l'Opéra Garnier.

Rencontre avec Damia Passon, une jeune maquilleuse-perruquière, à l'Opéra Garnier.

TON MÉTIER :

Depuis combien de temps exerces-tu le métier de maquilleuse-perruquière ?

Damia Passon : Je suis coiffeuse depuis 5 ans et professionnelle en maquillage et perruque depuis 3 ans.

En quoi consiste ton travail?

DM : En tant que perruquière: Mon travail passe de l'entretien à la conception de petits postiches comme des barbes et sourcils mais également des perruques intégrales faites sur mesure.

Ça c’est en ce qui me concerne et ce surtout pour l'opéra, car on peut travailler en perruquerie dans le cinéma ou la mode.

En tant que maquilleuse: Les demandes sont diverses et variés, et le travail diffère en fonction du domaine et du projet. Ça peut être du maquillage beauté mais aussi des transformations de vieillissement ou des maquillages extraordinaires, des plus improbables. Il faut savoir que le maquillage c'est comme la magie on peut presque faire tout ce que l’on veut avec des illusions d'optique !

Souvent on se prépare en amont. On discute du travail attendu pour être prêt le jour j, d’ailleurs au théâtre, il y a les répétitions pour cela. Mais pour des tournages dans les secteurs de la mode souvent c’est le jour J que l’on découvre sur place les attentes.

Quels sont les points positifs de cette profession? Et les négatifs?

DM: Points positifs: Ils sont divers. Il y a toujours de nouveaux projets, très stimulants. Il n’y a pas de routines, les horaires, les lieux sont rarement les mêmes... C’est vraiment très dynamique.

Aussi, on rencontre beaucoup de gens différents. Il arrive que l’on travaille dans des lieux incroyables et improbables. Chaque jour est une nouvelle aventure!

Points mitigés: Il y a des périodes parfois de grands creux où il n’y a pas de travail et puis tout d’un coup tout le monde vous appelle, lorsque l’on est intermittent du spectacle, on ne peut pas se permettre de refuser les missions de travail, d’autant que nous sommes beaucoup de maquilleuses et coiffeuses. Ainsi pour conserver son réseau, il faut être disponible. On peut vous appeler pour une mission qui a lieu le lendemain, voir le jour même,  il faut être prêt à remanier son programme en permanence.

Point négatifs: Tant que les projets ne sont pas commencés rien est certains. Parfois, ils peuvent être reportés pour différentes raisons, ou parfois pour des réductions d’effectif on peut vous retirer votre mission.


Quelle a été ta plus belle expérience dans ce poste ? Et pourquoi ?

DM : Il y en a tellement ! Mon premier contrat intermittent forcément, pour la fête de la musique. J’ai maquillé des chanteurs dans un lieu magique, à Toulouse, l'émission était retranscrite en direct sur France 2. C’était un tournage incroyable dans une piscine, un court-métrage sur l'éducation et la jeunesse dans les cités avec Mata Gabin et une équipe formidable!

 

TON PARCOURS:

Quelles études as-tu fais pour devenir maquilleuse et perruquière?

DM: Pour faire ce métier j’ai commencé par faire de la coiffure afro en salon, puis un CAP coiffure. Par la suite j'ai fait la formation de maquilleur-perruquier-plasticien à l'Atelier du griffon à Lyon avec la perruquière Christine Colin. À l’époque c'était une formation en un an incluant perruques et maquillage.  Ensuite j'ai suivi la formation de Perruquière Maquilleuse au sein du théâtre du Capitole à Toulouse.


Selon toi, quelles sont les qualités essentielles et nécessaires pour devenir maquilleur/euse perruquier/ère?

DM: Selon mon expérience, il faut être autonome, discret, avoir l’esprit d'équipe, être à l'écoute, être patient, agréable (parfois on s'occupe de personnes connues, il faut savoir rester professionnel et garder son sang froid).

Aussi qualité importante: Être honnête car si l'on ne sait pas faire, il vaut mieux passer à côté du boulot que se faire mauvaise presse dans ce milieu.

TES CONSEILS:

Quels conseils donnerais-tu à nos membres casting.fr qui souhaiteraient se lancer dans une carrière de maquilleur/euse perruquier/ère?

DM: C’est un vraiment un métier de passion, parfois on commence sur des projets sans budget, on a aussi de longues périodes sans missions mais le plus important c'est d'être patient, autonome, observateur, humble et bien sûr d’aimer ce que l’on fait, et la réussite suivra !