Les Coups de coeur du Festival du Film d'Angoulême !

Du 27/08/2012

Cinéma

Les Coups de coeur du Festival du Film d'Angoulême !

Les Coups de coeur du Festival du Film d'Angoulême !

La cinquième édition du Festival du Film Francophone d’Angoulême a ouvert ses portes vendredi, dès 10 heures. 44 films seront projetés jusqu’à mardi.
Dans ce festival du film francophone cher à Dominique Besnehard qui révèle les films français qui devraient marquer le deuxième semestre de 2012, voici trois longs métrages qui ont retenu notre attention. Entre fous rires et larmes

Nous York , un beau film triste

Ils l'avaient dit et répété. Même si leurs fans ont sans doute du mal à l'entendre. Nous York, le deuxième long métrage de Géraldine Nakache et Hervé Mimran ne serait pas Tout ce qui brille 2. Une manière courageuse de remettre son titre en jeu et de continuer à surprendre. Et ils ont bel et bien tenu parole.

Leur nouveau film met en scène trois garçons vivant à Nanterre qui effectuent leur premier voyage à Big Apple pour faire une surprise à l'une de leurs meilleures amies, à l'instigation d'une autre membre de leur bande des cinq, installée comme elle là- bas. Ouvert par l'un des plus beaux génériques de cette année ciné 2012, Nous York permet certes de retrouver l'énergie dans le jeu de Tout ce qui brille, ce goût de la tchatche. Mais les réalisateurs ont grandi. Leurs personnages ont désormais la trentaine et leur amitié dure depuis bien longtemps. Sans doute même est-elle déjà terminée, sans qu'ils en aient conscience, quand le film commence.

Et Nous York raconte justement ce lien qui se délite. Ces moments d'engueulade qu'on ne prend même plus le temps de clore par des excuses et des réconciliations en bonne et due forme parce qu'elles ont déjà eu lieu des milliers de fois et que l'usure a fini par tout gangréner.

Comme des frères, poignante histoire d'amitié

Ils s'appellent Maxime, Elie et Boris. Ils ont respectivement 20, 30 et 40 ans. Et tous ont côtoyé la même jeune femme, Charlie, dans une de ces relations où les mots amour et amitié finissent par se confondre. Charlie a changé leur vie en profondeur. Mais elle n'est plus, emportée par la maladie. Alors, en sa mémoire, ces trois hommes, rivaux, forcément rivaux, entreprennent un ultime voyage. Ensemble, forcément ensemble. En allant sur le terrain de l'amitié, Hugo Gélin n'a pas choisi la facilité pour son premier long.

Rarement au cinéma, François-Xavier Demaison et Nicolas Duvauchelle n'avaient eu à jouer des rôles aussi riches et loin de l'image qu'on peut avoir d'eux. Jamais Mélanie Thierry n'a été filmée avec ce mélange de fascination et de tendresse. L'amante rêvée et la bonne copine réunies en une seule et même séduisante jeune femme. 

Quant à Pierre Niney, déjà immense comédien de théâtre à son âge loin d'être canonique et repéré dans J'aime regarder les filles, Comme des frères marque son entrée dans le grand cinéma populaire dans lequel sa virtuosité et sa générosité irradient l'écran. Il est là et pour longtemps.

Mauvaise fille, adaptation sublimée par Izia Higelin, incandescente.

Au départ, il y a un livre. Poignant, dérangeant. Où son auteur, Justine Lévy raconte l'agonie de sa mère dévorée par un cancer alors qu'elle-même tombe enceinte. Patrick Mille, comédien (notamment vu dans Crime d'amour d'Alain Corneau) et compagnon à la vie de Justine Lévy a choisi de le porter à l'écran. Un pari casse-gueule.

Patrick Mille signe en effet une oeuvre lumineuse et non dénuée d'humour qui parle à tout un chacun. Il a su mettre en avant l'essentiel de l'oeuvre: cette question de la transmission, ce qu'on reçoit et ce qu'on a peur de donner. Puis se montre capable d'insuffler de la vie et de multiplier ces moments où devant un drame inéluctable, on se réfugie dans le fou rire. Comme un pied de nez à la Grande Faucheuse incontrôlable.

Commentaires

Vous devez être connecté pour pouvoir déposer un commentaire.